TIC/COMMUNICATION, L’OPPORTUNITÉ AFRICAINE

…sont présentées « comme une opportunité que l’Afrique devrait saisir pour impulser son développement (1) » et un atout pour attirer les investisseurs privés qui souhaitent s’implanter en Afrique.En 10 ans, les TIC ont connu une croissance considérable en Afrique. « La progression des utilisateurs de la téléphonie cellulaire et des connexions à l’Internet est impressionnante », note ainsi l’universitaire Ahmed Dahamni, dans son étude sur les TIC en Afrique (2). « Ce développement qui demeure inégal entre les différents pays et limité en raison de la faiblesse des infrastructures et de la limite des marchés, n’en a pas moins suscité quelques réflexions et projets tendant à présenter les TIC comme le nouveau levier de développement pour les pays en développement ». De fait, Internet et la téléphonie mobile en particulier sont devenus des instruments quotidiens dans la vie de nombreux Africains, avec des taux de pénétration de plus de 10% et 45% respectivement.
Cette forte pénétration du téléphone mobile sur le continent africain a eu entre autres pour conséquence d’augmenter le nombre d’opérateurs et de booster la concurrence entre ces derniers. « Ainsi, l’on compte en moyenne 3,6 opérateurs par pays, ce qui entraîne une guerre des prix entre ces opérateurs, notamment les grands groupes internationaux comme Orange, MTN, Orascom, Bharthi-Zain, Vodacom qui convergent en masse vers ces nouvelles technologies très rentables », notait dès 2012 la revue économique Afrique Expansion. « La croissance des TIC, en particulier la téléphonie mobile, a donc un impact économique considérable sur le continent dans la mesure où elle a permis de rendre le marché africain plus dynamique ».

TIC : un relais de croissance (aussi) en Afrique

Le développement des TIC engendre par conséquent une croissance du PIB dans les pays africains avec des répercussions à tous les niveaux, en commençant par l’emploi. Et un véritable atout pour les investisseurs qui entendent s’implanter en Afrique. « Selon une étude de la Banque mondiale, 10% de croissance de pénétration mobile engendre une croissance de 1,2% du PIB d’un pays africain et représente globalement 5% du PIB de la plupart des pays africains. De même, ce marché des TIC est devenu une des plus importantes sources de revenus fiscaux sur le continent (11% au Tchad, 10% au Congo et 9% au Cameroun) avec des répercussions à tous les niveaux des sociétés africaines, à commencer par l’emploi » , relève Afrique Expansion.
Enfin, pour beaucoup d’experts, l’internet sera sans aucun doute le prochain relais de croissance en Afrique car, malgré son retard en matière d’accès à haut débit, « l’accès à Internet est en plein développement avec 25 millions de connections Internet et 57 réseaux 3G déjà déployés. De plus, les usages de l’internet explosent avec 38 millions de comptes Facebook créés et 30 millions de téléphones intelligents vendus en 2011 ». De ce fait, « les filiales de multinationales, les grands acteurs africains du secteur et surtout de nombreuses PME africaines qui se sont investies dans ce secteur ces dernières années recherchent de plus en plus de compétences et parfois dans des domaines techniques pointus », notait récemment un conseiller en ressources humaines dans les colonnes du site internet Afrique Technologie. « Le marché de l’emploi devrait donc rester porteur, qu’il s’agisse d’emplois directs ou indirects. Cela se confirmera d’autant plus qu’une véritable classe moyenne voit le jour dans de nombreux pays africains et cette classe moyenne voudra profiter de tout ce qu’offrent les nouvelles technologies au quotidien ».

(1) Selon la revue française des sciences et de la communication
(2) Les TIC : une chance pour l’Afrique, IUT Orsay

Les articles concernant ce secteur :

Voir tous les articles