ENERGIE ET EAU EN AFRIQUE : LES ENJEUX DE DEMAIN

L’Afrique : petit poucet sur le grand échiquier énergétique mondial. Preuve en est : en Afrique subsaharienne, la consommation par habitant et par an (hors Afrique du Sud) « est de l’ordre de 100 kilos d’équivalent pétrole contre 8000 aux États-Unis et 4000 dans les pays OCDE », notait en 2009 une étude menée conjointement par l’Agence française de développement (AFD) et la Banque africaine de développement (1). Une situation qui est à la fois cause et conséquence du faible développement économique. Plus de 60 % de la population africaine vit en effet « avec moins de 2 dollars par jour et plus de 60 % de la population africaine n’a pas accès à l’énergie commerciale et doit se contenter de feu au bois ». Et d’appuyer la démonstration par un paradoxe montrant une Afrique riche en ressources naturelles et tout particulièrement en pétrole, gaz et charbon. « L’Afrique produit 12,4 % du pétrole, 7 % du gaz, 4,3 % du charbon de la planète mais ne représente que 3,4 % du pétrole, 3,1 % du gaz, 0,5 % du charbon consommés mondialement ».

L’énergie, un enjeu essentiel pour la croissance africaine

Face à ces inégalités, les pays africains doivent alors, conseillent les auteurs de cette étude, apprendre à mieux gérer leurs ressources naturelles en favorisant leur consommation locale et en améliorant l’utilisation des revenus issus de leurs exportations. « L’Afrique devrait favoriser le développement du secteur des énergies renouvelables qui reste jusqu’à maintenant largement inexploité : l’Afrique dispose en effet de « gisements » substantiels d’énergie hydraulique et dans une moindre mesure d’énergie éolienne, solaire et géothermique. » Aujourd’hui, plus de 580 millions de personnes n’ont pas accès à l’électricité en Afrique, rappelle par ailleurs le Groupe Energies Renouvelables, Environnement et Solidarités (Geres), relevant que la dépendance aux énergies fossiles a de graves conséquences sur l’activité économique des pays. « Dans les régions subsahariennes, la biomasse constitue la plus importante source d’énergie. Au Mali par exemple, le bois représente 80% des consommations énergétiques. Cette ressource forestière est par conséquent sévèrement menacée ».

L’enjeu des énergies renouvelables pour une croissance africaine maitrisée

Néanmoins, l’Afrique – croissance oblige – change de peau peu à peu et diversifie son mix énergétique à la faveur d’importants projets d’infrastructures. Ainsi, note le site d’information Burkina24, l’Afrique du sud et le Mozambique à travers respectivement les entreprises SacOil et IGEPE « ont en début du mois de décembre 2014, signé un accord de développement d’un gazoduc transnational ». Pour autant, il existe un formidable potentiel de développement des énergies renouvelables. « Il est insuffisamment exploité, les énergies renouvelables représentant environ 3 % de la consommation énergétique finale en Afrique », note l’AFD. « Le continent recèle des gisements de production d’électricité (en réseau et hors réseau), de chaleur ou de carburants à partir de sources renouvelables telles que la géothermie, l’éolien, le solaire ou la biomasse ». Et de citer ces quelques exemples :
– hydraulique : capacité totale installée de 20,3 GW (en 2009) qui se trouve en particulier en RDC, Égypte, Éthiopie, Madagascar, Niger, Zambie, Mozambique, Guinée
– géothermie : potentiel de 9000 MW, 115 MW installés soit (13 %) exploité (toujours en 2009). En particulier dans la vallée du rift : Djibouti, Éthiopie, Érythrée, Ouganda, Kenya ;
– éolien : 29 % des ressources mondiales se situent en Afrique. Près de 10 GW à installer à l’horizon 2020 (en particulier en Afrique du Sud, Algérie, Cap Vert, Djibouti, Égypte, Érythrée, Lesotho, Madagascar, Maroc, Mauritanie, Somalie, Tchad, Tunisie) ;
– solaire thermique ou photovoltaïque : 47 % du continent reçoit un ensoleillement
supérieur à 2100 kWh/m2 et le reste entre 1500 et 1900 kWh/m2.

(1) L’énergie en Afrique à l’horizon 2050, étude dirigée par Jean-Pierre Favennec

Les articles concernant ce secteur :

TRACELEC s’implante au Maroc

Nous sommes très heureux de vous confirmer l'ouverture de TRACELEC Maroc (filiale à 100% de TRACELEC Group) au Maroc (Casablanca). Nous espérons que cette ouverture permettra une expansion de l'entreprise vers les pays africains afin de répondre aux marchés locaux.

Voir tous les articles