Partenariat en Afrique avec le CIAN

partenariat en afrique avec le CIAN

Wedo : Le CIAN regroupe les entreprises qui se développent en Afrique et pèsent lourd…
Etienne GIROS : Oui, c’est à peu près cela. Nous regroupons 130 adhérents qui réalisent 50 Milliards d’€ de CA en Afrique. Ils représentent près de 500 000 salariés et plus de 5 000 expatriés. Nous avons des entreprises du CAC 40, des ETI, des PME et des structures de conseil ou d’investissement. Notre association est un club  patronal fort d’une réelle expertise sur l’entreprise en Afrique, notamment grâce à sa dizaine de commissions spécialisées et à l’implication de ses adhérents.

Echange, Expertise, et Représentation pour des partenariats en Afrique

– Wedo : Votre raison d’être ?

– Etienne GIROS : Nous regroupons exclusivement des entreprises qui travaillent en ou avec l’Afrique. Nous agissons essentiellement dans trois domaines :

Partenariat vers l'afrique avec le cian
  • Un lieu d’échanges et de rencontres entre les membres : s’informer, se conseiller, travailler ensemble, la  finalité étant  de créer les conditions du développement de chacun et de création de partenariats  afin que chacun puisse être le facilitateur de l’autre
  • Un lieu d’expertise sur l’Afrique : des commissions sectorielles (tous les sujets de l’entreprise avec les spécificités liées à l’Afrique) et géographiques (Maghreb, Afrique australe, de l’Est, etc…).  Nos adhérents nous sollicitent parfois pour les aider à résoudre des problèmes particuliers.
  • Une activité de représentation : Nous défendons les intérêts et l’image du secteur privé sur le territoire Africain. Notre conviction est que l’entreprise, seule créatrice de richesses, ne peut se développer que dans un Etat de droit.   Nos interlocuteurs sont les pouvoirs publics français et africains, les bailleurs de fonds  et l’opinion, représentée par les médias mais aussi les forums ou les institutions (think tank, grandes écoles, Sciences Po, HEC).

– Wedo : A votre avis combien de partenariats en Afrique sont initiés par le CIAN?
– C’est difficile à dire…
– Wedo : Quels conseils donneriez -vous à un primo exportant dans ses relations avec les institutions françaises spécialistes du sujet?
– Etienne GIROS : Un distributeur et un financement lui sont nécessaires. Pour cela il est utile de contacter, entre autres, BPI France, Business France, les conseillers commerciaux des ambassades de France, les Conseillers du Commerce extérieur sur place, etc…
– Wedo :Développez vous des synergies avec des institutions comme l’IPEMED ou la fondation « Africa France » récemment créée?
– Etienne GIROS : Oui, effectivement, car nous œuvrons tous pour le développement des échanges et des entreprises. Nous sommes même membres de la Fondation Africa-France.
– Wedo :Que pensez vous de l’initiative de WEDO de créer une plateforme web collaborative pour participer au développement des entreprises en Afrique
– Etienne GIROS : Nous y sommes favorables car tout ce qui dynamise les échanges et permet des partenariats doit être encouragé.
Monsieur Giros, nous vous remercions